Scierie St-Michel : là où l’humain est au cœur des opérations

16 décembre 2021
Scierie St-Michel : là où l’humain est au cœur des opérations

Sur la photo : JOËLLE LACHANCE, technicienne en qualité à la Scierie St-Michel, diplômée de la 2e cohorte du DEP en opération d’équipements de production. Photo avec le CASTOR DE BOIS, trophée perpétuel soulignant les mérites d’employés qui se démarquent à Scierie St-Michel.

 

À Saint-Michel-des-Saints se trouve une usine de transformation de bois d’œuvre qui n’a rien de banal. Bien qu’elle n’ait réouvert ses portes officiellement qu’en 2017, la Scierie St-Michel témoigne d’une longue et riche histoire.

Dans cet article, la directrice des ressources humaines, Renée Durand, nous propose une incursion dans la scierie qui est devenue la fierté d’un village et de toute une communauté grâce à sa ressource la plus précieuse : l’humain.

Avoir le contrôle sur la scierie, ça n’a pas de prix!

Dans la Haute-Matawinie, de nombreux propriétaires se sont succédé à la Scierie St-Michel pendant plus de 100 ans d’opération.

« Les dernières fois où la scierie a changé de propriétaire pour finalement fermer ses portes en 2014, il y a eu un impact très négatif sur l’économie et la communauté. Plusieurs familles ont quitté la région et de nombreux employés qualifiés ont fait de même. En 2014, les gens ont décidé de prendre le contrôle de leur avenir. Ils se sont mobilisés et, avec l’appui des 15 maires de la MRC, des investisseurs locaux ont pris en main le redémarrage d’une nouvelle Scierie St-Michel », explique Renée Durand, directrice RH.

« Sur environ 80 travailleurs qui avaient perdu leur emploi, une quarantaine sont revenus dans la nouvelle usine. Parmi eux, certains ont 20, 30, 40 et même 50 ans d’expérience en transformation du bois d’œuvre. Bien sûr, plusieurs seront bientôt à la retraite, d’où un besoin de relève accru. Beaucoup d’efforts ont été fournis pour regagner la confiance des gens de la région, mais aussi pour démontrer aux jeunes que l’on peut bâtir une belle carrière ici, dans la Haute-Matawinie », ajoute madame Durand.

Grâce à l’injection de 33 millions de dollars, aux 150 employés motivés et à la vision engagée des nouveaux propriétaires, la Scierie St-Michel figure aujourd’hui parmi les bons joueurs sur le marché du bois d’œuvre au Québec.

Le secret pour attirer la main-d’œuvre en région éloignée?

« C’est LA question à 1000$! Sérieusement, je ne crois pas qu’il existe une façon, mais plutôt des façons de faire valoir la qualité de nos emplois et la qualité de vie de notre région. Avant, on disait être à seulement 2 heures de Montréal pour faciliter le recrutement en région éloignée. Aujourd’hui, avec l’augmentation du coût de la vie, la volonté de nombreux jeunes de revenir en région et tous les changements liés à la pandémie, l’éloignement n’a plus la même importance », poursuit la directrice des ressources humaines de la Scierie St-Michel.

N’empêche que la scierie a pris le taureau par les cornes il y a quelques années, bien avant d’être aux prises avec les conséquences de la pénurie de main-d’œuvre. Alors que des entreprises de la transformation du bois au Québec se lancent dans la mise en place d’un DEP rémunéré en alternance travail-études, la Scierie St-Michel en est déjà à la 5e cohorte de son DEP en opération d’équipements de production.

Cette approche novatrice en mode dual, financée par Formabois et développée conjointement avec le Centre de services scolaire des Samares et d’autres partenaires régionaux, a même permis de remporter le Prix Distinction 2021 de la Fédération des centres de services scolaires du Québec. À ce jour, près de 40 étudiantes et étudiants ont pu se former à même l’usine de la Scierie St-Michel et ainsi valider leur choix de carrière.

« Notre DEP en mode dual (travail-études) a été élaboré expressément pour la réalité de notre usine et de nos opérations. Bien que le DEP soit reconnu partout au Québec, ce sont nos propres manuels de formation, conçus pour nos équipements de production, qui y sont employés. C’est là une belle façon pour nos étudiantes et étudiants de s’intégrer progressivement à notre équipe et à notre environnement », commente Renée Durand.

La volonté d’en donner toujours plus aux gens d’ici

S’il y a une chose que la Scierie St-Michel espère fortement, c’est bien de donner envie aux travailleuses et travailleurs de faire une carrière valorisante ici, dans la Haute-Matawinie. Au-delà des salaires, plusieurs mesures sont déployées pour créer des emplois de qualité à long terme.

« On n’hésite pas à bonifier notre DEP en opération d’équipements de production avec l’ajout du programme de Classificateur de bois débités de Formabois ou encore avec des formations spécifiques en santé et sécurité au travail. Notre objectif est de faire le maximum pour permettre aux personnes inscrites de confirmer leur intérêt, d’avoir toutes les ressources pour bien se développer, et surtout de se sentir à leur place, à la Scierie St-Michel », insiste madame Durand, ajoutant que les formations ne se limitent pas qu’à ce DEP au Centre de formation Saint-Michel.

Fait intéressant à savoir : la Scierie St-Michel possède plus de 20 différents équipements de production pour offrir un travail diversifié à ses employés sur la ligne de sciage. Le stage en rotation sur les machines, ou encore au magasin, dans la cour à bois ou en santé-sécurité, amène les étudiantes et étudiants à s’initier à tous les postes. Par exemple, une étudiante a obtenu un emploi de magasinière, tandis qu’une autre est maintenant technicienne en qualité.

Parallèlement, la marque employeur occupe aussi une place de choix dans la scierie, qui a collaboré avec une consultante pour sonder les employés en poste et même ceux qui ont quitté. En plus d’être consultés dans le sondage Expérience Employés, les membres de l’équipe actuelle ont participé à la définition des valeurs de l’entreprise : une activité très appréciée, qui a contribué à renforcer les liens.

« Nous sommes vraiment fiers du chemin parcouru, tous ensemble! On s’écoute les uns les autres et on avance dans la même direction. On travaille à bâtir un climat exceptionnel, en faisant participer tout le personnel dans les changements », conclut Renée Durand.

À propos du DEP avec la Scierie St-Michel

Le DEP en opération d’équipements de production en mode dual est un programme financé par Formabois et développé conjointement avec Nouveau Monde Graphite, le Centre de services scolaire des Samares et le Comité de formation de la main-d’œuvre de la Haute-Matawinie.

Le programme, d’une durée de 870 heures (environ 25 semaines), se divise en 2 parties :

  • un tronc commun de 435 heures de formation générale, notamment en santé et sécurité au travail, mécanique, pneumatique et hydraulique;
  • un apprentissage directement en usine, à la Scierie St-Michel.

Les étudiantes et étudiants sont rémunérés dès le premier jour du programme et bénéficient également d’une période d’essai, avant de devenir employés, avec un DEP reconnu partout au Québec.

Pour en savoir plus :

Renée Durand

Directrice Ressources humaines

579 500-3248, poste 304

r.durand@scierie-stmichel.com

 

Par Maude Lambert-Bonin, rédactrice pour Formabois

 

Merci à Renée Durand, directrice des ressources humaines de la Scierie St-Michel, pour l’entrevue exclusive accordée pour la rédaction de cet article.

Lisez d’autres articles qui pourraient vous intéresser.

4 mars 2021
COMMUNIQUÉ POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Rimouski, le 4 mars 2021 — Après deux ans d’étroite collaboration, Formabois (Comité sectoriel de main-d’œuvre...
30 novembre 2021
Quand Formabois m’a contactée pour rédiger cet article, je savais que l’enjeu était de taille. Nous avons là une...
4 octobre 2021
« Ose la formation en transformation du bois (DEP), viens jouer dans la cour des grands ! » Voilà ce que propose...