La relève de l’industrie du bois pousse partout au Québec

7 décembre 2017

atelier_bois_1-0

«Du bois dans le ketchup, ben voyons!», s’exclament les élèves du cours de sciences de Nathalie Chabot à l’École secondaire La Poudrière de Drummondville réunis pour un atelier sur l’utilisation du bois et ses diverses facettes.

Depuis maintenant près de 10 ans, Formabois offre gratuitement aux écoles secondaires d’ici un atelier interactif et dynamique portant sur les propriétés et les métiers du bois au Québec. Et même un lundi après-midi, l’intérêt des jeunes est toujours au rendez-vous!

Former la relève sur la transformation du bois

Les jeunes sont toujours surpris d’apprendre que l’industrie du bois ne se résume pas qu’à la coupe de bois en forêt. Ils échangent des regards amusés avec leurs collègues de classe lorsqu’ils voient tous les métiers du bois qui s’offrent à eux : utilisation de satellites et de drones en forêt, transformation du bois, développement de nouveaux produits en bois et plus encore.

«Notre objectif est d’intéresser les jeunes à l’industrie du bois pour faciliter le recrutement dans ce secteur en manque de main-d’œuvre au Québec. On leur démontre, avec des objets qu’ils connaissent bien, que le bois se retrouve partout dans leur vie. Certains d’entre eux viennent même me voir après la présentation pour en savoir plus sur les métiers du bois qui recrutent au Québec», explique l’animatrice de l’atelier, madame Mélanie Bergeron, M.Sc. biol., agente de développement de l’Association forestière du sud du Québec.

Des questions et des expériences pour comprendre la transformation du bois

Lorsqu’on leur dit que le bois est présent dans le yogourt, la crème glacée et la gomme — pour ne nommer que ceux-ci —, les jeunes s’étonnent et veulent comprendre. C’est là qu’entre en jeu la partie interactive de l’atelier. L’animatrice questionne à main levée les étudiants sur l’utilisation du bois et ses propriétés à l’aide d’objets du quotidien : un bâton de baseball, une guitare, une planche à roulettes, les freins du Métro de Montréal — rien de moins!

Bois dur ou bois mou? Comment rendre le bois résistant aux forces et contraintes? Décidément, les connaissances en sciences des jeunes sont mises à l’épreuve — au grand bonheur des enseignants, qui y voient une occasion de plus pour réviser les notions acquises.

Les métiers du bois en vedette

Tout au long de l’atelier, les étudiants ont l’occasion d’apprendre en s’amusant et en échangeant avec leurs collègues. Les métiers du bois qui y sont présentés visent à démontrer les innovations technologiques comme le stade de soccer de Québec en bois.

«On voit clairement que l’atelier porte fruit auprès des jeunes. C’est d’abord et avant tout une façon de les initier à l’industrie du bois, un secteur qui est rarement pris en considération par les étudiants du secondaire, probablement par manque d’information. On vient chercher le côté plus physique, qui plaît généralement beaucoup aux garçons», ajoute Mélanie Bergeron.

Un gain pour les employeurs de l’industrie du bois

Alors que l’industrie du bois au Québec connaît une pénurie de main-d’œuvre, l’atelier proposé par Formabois dans les écoles secondaires pourrait bien être l’une des solutions à envisager pour intéresser la relève. Jusqu’ici, plus de 75 000 jeunes de secondaire 3, 4 et 5 ont été rencontrés grâce à cet atelier interactif. Il y a donc fort à parier que l’idée de choisir un métier du bois a germé dans la tête de certains d’entre eux!
***
L’atelier interactif Le bois sous toutes ses facettes est offert gratuitement aux écoles par des professionnels du secteur. Communiquez avec nous pour information ou inscription.

Lisez d’autres articles qui pourraient vous intéresser.

4 mars 2021
COMMUNIQUÉ POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Rimouski, le 4 mars 2021 — Après deux ans d’étroite collaboration, Formabois (Comité sectoriel de main-d’œuvre...
16 décembre 2021
Sur la photo : JOËLLE LACHANCE, technicienne en qualité à la Scierie St-Michel, diplômée de la 2e cohorte du...
30 novembre 2021
Quand Formabois m’a contactée pour rédiger cet article, je savais que l’enjeu était de taille. Nous avons là une...