Et si on parlait cadenassage…

6 septembre 2017

Le mois de septembre annonce la fin des vacances et, par conséquent, le retour au travail et à l’horaire régulier, pour ceux qui ont bénéficié d’un horaire estival. Le répit estival a emmené son lot d’activités : baignade, vélo, activités sportives ou nautiques et plusieurs déplacements sur les routes.

À l’occasion de ces activités, vous et vos enfants avez utilisé divers moyens de protection visant à éviter des blessures : gilet de sauvetage, chandails de flottaison ou flottes, casque de vélo ou de moto, ceinture de sécurité,  verrouillage d’accès à la piscine, etc. L’utilisation de ces moyens de protection s’est faite, pour la plupart, de façon naturelle, s’agissant d’une habitude acquise. Vous ne vous êtes pas questionné sur le pourquoi et, à part si vous faites partie des résistants qui refusent de les utiliser, vous êtes étonnés de voir un cycliste sans casque sur la route, un enfant sans gilet de sauvetage dans une embarcation, ou une personne sans ceinture de sécurité en voiture.

Le cadenassage

Le cadenassage d’une zone dangereuse au travail a un objectif un peu similaire à celui des moyens de protection mentionnés plus haut : il vise à protéger votre vie, votre santé et votre intégrité physique lorsque, dans le cadre de votre travail, vous devez accéder aux zones dangereuses d’un équipement et êtes ainsi exposé à un risque de blessure. Il ne vous protège pas uniquement contre vos propres faits et gestes, ou contre vos propres erreurs : il vous protège également contre les erreurs, l’inattention, l’insouciance ou la négligence de vos collègues de travail et/ou des sous-traitants et entrepreneurs externes qui se trouvent dans votre entourage de travail.

C’est pourquoi on parle de cadenasser, et non uniquement de mettre une machine en arrêt. Mettre une machine en arrêt, c’est simplement arrêter son moteur de fonctionner sans empêcher son redémarrage par quiconque : l’équivalent de fermer la porte de votre véhicule. Cadenasser, c’est apposer un cadenas qui empêche quiconque, à part le « propriétaire » du cadenas, de redémarrer la machine : l’équivalent de verrouiller la porte de votre véhicule en étant la seule personne qui possède le code numérique de déverrouillage ou une clé, permettant d’y accéder et démarrer le moteur.

Obligation envers vous-mêmes

Lorsque vous devez cadenasser un équipement pour y travailler, vous le faite en vertu de votre obligation légale de prendre les moyens raisonnables afin de protéger votre propre santé, sécurité et intégrité physique : la Loi sur la santé et la sécurité du travail vous impose une telle obligation envers vous-mêmes. Vous le faites également parce que votre employeur a mis en place une telle procédure, en vertu de ses obligations légales, notamment celles qui lui imposent de prendre les moyens raisonnables afin d’assurer la santé, la sécurité et l’intégrité physique de ses employés, de mettre en place des méthodes de travail sécuritaires, et de fournir à ses employés divers moyens afin de protéger leur santé, leur sécurité et leur intégrité.

Inutile le cadenassage?

Certains employés – et certains employeurs – considèrent le cadenassage inutile ou excessif. Ils investissent parfois temps et énergie afin de trouver des moyens de contourner le cadenassage, ou de le rendre ineffectif, en se disant que ce n’est pas grave, que ce sera plus rapide et qu’ils connaissent bien l’équipement sur lequel ils sont appelés à travailler et qu’ils vont faire attention. Malheureusement pour eux, ils n’ont pas compris que le cadenassage n’est pas là uniquement pour protéger l’employé de ses propres erreurs mais également, et peut-être même encore davantage, pour le protéger des faits et gestes des autres personnes se trouvant sur les lieux du travail. Il va de soi que l’employé ne redémarrera pas la zone dangereuse de la machine dans laquelle il travaille! Cependant, arrêter une machine sans la cadenasser, pour travailler dans sa zone dangereuse, n’empêche pas un collègue de travail, un entrepreneur ou un sous-traitant de la remettre en fonction sans même savoir que vous êtes en train de travailler dans sa zone dangereuse. Et s’il la redémarre, ce n’est pas pour vous blesser ni pour mal faire, mais parce que son propre travail exige que cette machine soit en fonction. L’accident qui en résulte, et toutes les conséquences qui en découlent, peuvent être facilement évités par le cadenassage efficace et réel de la machine.

Quant on a compris cela, il est difficile d’affirmer que le cadenassage est inutile!

Bon retour au travail!

Marie-Hélène Riverin, avocate

Lisez d’autres articles qui pourraient vous intéresser.

7 novembre 2019
À seulement 20 minutes de Sherbrooke se trouve une usine unique en son genre, qui place le Canada à...
7 novembre 2019
Dans la région du Kent, à 30 km au sud-est de Londres, au Royaume-Uni, une équipe d’architectes faisait face à...