Du bois attaqué par des insectes testé comme litière animale

18 décembre 2018
Du bois attaqué par des insectes testé comme litière animale

Le puceron lanigère de la pruche, comme son nom l’indique, est un insecte qui attaque de plein fouet la Pruche de l’Est (aussi appelée Pruche du Canada) présente dans les États du nord-est des États-Unis, rendant l’aménagement des forêts où elle se trouve plus complexe, car la pruche attaquée possède évidemment une valeur économique moindre. Le défi avec le bois affecté est évidemment de trouver des marchés qui sont prêts à accueillir un important volume.

Au Québec, l’industrie forestière connait bien cette situation puisque la question s’est posée avec l’épidémie de tordeuse des bourgeons de l’épinette.   De plus, dans le cas de la Pruche de l’Est, aucun contrôle de prévention rentable n’a été trouvé à ce jour.

Or, des chercheurs américains ont examiné récemment la possibilité d’utiliser la pruche comme litière animale. Actuellement, les litières proviennent pour la plupart d’essences de pin, le pin blanc étant le plus important d’entre elles. On utilise le pin blanc pour les qualités suivantes : « absorption élevée de l’humidité, disponibilité régionale et capacité à inhiber la croissance des bactéries pathogènes par l’intermédiaire de ses acides résiniques, terpènes et composés phénoliques ».

Les chercheurs ont voulu comparer le pin et la pruche. Même si l’absorption d’humidité de la litière à base de copeaux de pruche s’est révélée moins importante que le pin blanc, elle peut se comparer aisément à d’autres types de litières. L’avantage de la pruche sur le pin est toutefois un coût moindre de production qui permet, selon les chercheurs de compenser la plus faible absorption.

De plus, la disponibilité de la pruche de l’est est très importante dans les États du nord-est des États-Unis pour deux raisons : d’abord, parce qu’étant donné la faible valeur du bois, il est moins exploité que d’autres essences. De plus, la pruche pousse dans des endroits où le coût d’exploitation est plus élevé.

Ces deux éléments font en sorte qu’une entreprise qui développerait le marché de litière à base de pruche n’aurait pas la compétition et pourrait produire en plus gros volume. Autre fait à noter, la création d’un nouveau marché pourrait être profitable pour les agriculteurs du nord-est, dans le cadre de cette étude, car à la suite de la fermeture de plusieurs scieries au cours des dernières décennies, le coût de la litière a augmenté de 70 % entre 2003 et 2013. En ayant une ressource exploitable à proximité, les coûts de transport seraient diminués.

Vincent Rochette

Correspondant Europe, Formabois

Source : Matthew M Smith, Cooper J Park, Cheryl P Andam, John D Aber; Utilization of Low Grade Wood for Use as Animal Bedding: A Case Study of Eastern Hemlock, Journal of Forestry, Volume 116, Issue 6, 3 November 2018, Pages 520–528, https://doi.org/10.1093/jofore/fvy040

Lisez d’autres articles qui pourraient vous intéresser.

the_barn
15 mars 2019
Lorsqu’il est question de constructions innovantes, on évoque souvent tel complexe résidentiel ou tel complexe commercial bâtit en bois,...
24 janvier 2019
Dans un monde où la vente en ligne est en augmentation constante et où la demande pour des produits...
Restez branché sur le domaine de la transformation du bois!
Inscrivez-vous à notre
infolettre